Conférence FHS Monseigneur Valentin

Merci Monseigneur VALENTIN !

 

On pourra se souvenir que la venue de Monseigneur VALENTIN, dans le cadre de la FHS, n’aura pas laissé nos Terminales sans avis, ni les adultes professeurs ou personnels OGEC qui ont pu rejoindre l’amphithéâtre du Bon Sauveur pour une heure ou deux ce 21 novembre dernier. Après une introduction où il a souligné la difficulté du sujet puisque la fraternité est souvent réduite à un mot-valise, un mot banal, Monseigneur VALENTIN a développé l’axe du “comment avancer dans l’art de la fraternité ?” ; car c’est bien d’un style de vie dont il est question. Et il est entré dans le concret en rappelant le type de défi : 700 enfants dorment dans la rue le soir à Paris ! Alors… la fraternité : qu’est-ce qu’on en fait ? Puis, prenant appui sur un certain nombre de textes bibliques (Gn 4 , 1-10 ; Eph 2, 14-16; 1 P 2, 17…) où il est question de fraternité, Monseigneur a montré que si d’origine l’homme a une vocation à la fraternité, naturellement il semble incapable de la vivre, et elle est toujours à reconquérir. Alors, et ce fut le 3ème point du propos préparé pour la conférence : “comment faire pour vivre la fraternité” ? Monseigneur VALENTIN a souhaité parler d’itinéraire pour apprendre la fraternité. Pour cela, il a fait référence à la règle de saint François :

Et que les Frères, en quelque lieu qu’ils soient ou se rencontrent, se montrent serviteurs les uns envers les autres, et qu’avec assurance, ils se manifestent réciproquement leur nécessité ; car si une mère nourrit et aime son fils selon la chair, avec combien plus d’affection chacun doit-il aimer et nourrir son frère selon l’esprit. Et si quelqu’un d’eux tombe en infirmité, les autres Frères doivent le servir, comme ils voudraient qu’on les servît eux-mêmes.”

Et à partir de ce texte, Il a mis en valeur le parcours à suivre : 

  • APPRENDRE A DEMANDER “se manifester réciproquement ses nécessités” c’est-à-dire : se reconnaître pauvre parce que si l’on n’est que riche, l’autre est inutile ou menaçant. La pauvreté met en route la fraternité.

  • POUR ENSUITE APPRENDRE A DONNER “une mère aime et nourrit son fils” : il convient de prendre en compte la totalité des besoins de l’autre. Nourrir est une ambition.

  • DANS LE RESPECT ET LA LIBERTEcomme ils voudraient qu’on les servît eux-mêmes” la fraternité est un échange perpétuel, c’est un art du respect de l’autre dans la liberté.

?

Dans un second temps, Monseigneur VALENTIN a invité les lycéens  à poser leurs questions. Celles-ci furent de divers ordres : articulation entre fraternité et solidarité, la fraternité de l'Église vis à vis des personnes homosexuelles, la difficulté de tenir une vie sans relations sexuelles, GPA-PMA… Monseigneur a honoré sans détour chacune des questions, ce qui, après la solide intervention déjà menée a tout à fait plu à l’assemblée. Merci Monseigneur VALENTIN !

 

 

Journée nationale de lutte contre le harcèlement

Jeudi 7 novembre 2019 : journée nationale de lutte contre toutes les formes de harcèlement

 

A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire dont la 5ème édition sera célébrée le 7 novembre 2019, une campagne d’affichage nationale sera présente dans tout l’établissement et une sensibilisation sera faite pour les élèves lors d'assemblées générales par niveau.

Ces assemblées générales ont pour objectif de sensibiliser les élèves au harcèlement et au cyber harcèlement, de les informer des sanctions judiciaires et surtout de libérer la parole.  

Cette journée de sensibilisation a été créée par le gouvernement français en 2015 et plusieurs années plus tard, le sujet reste hélas d'actualité... Détecter les harcèlements, libérer la parole, permettre aux victimes de trouver l'aide nécessaire, …, font partie des objectifs de cette journée.

Jeudi 7 novembre, les 5 ambassadeurs contre le harcèlement nommés en 5ème suivront une journée de formation au lycée Jeanne d’Albret à St Germain-en-Laye.

Un numéro vert est mis à disposition des élèves, des parents et des professionnels : le 3020.

Pour aller plus loin : www.nonauharcelement.education.gouv.fr

 

 

 

«